Traditionnellement l’économie du plateau du Larzac et par conséquent du Caylar est liée à l’élevage des ovins. Les produits de cet élevage important ont toujours fait l’objet de négoces, que ce soit le lait et les fromages ou la laine achetée par les filatures lodèvoises. L’agriculture est surtout céréalière et fourragère, dans les parties les plus riches, les dolines et les sotchs. Les autres productions se sont surtout localisées près des points d’eau, rares, car si le causse est un énorme réservoir d’eau sa surface en est singulièrement démunie. Le Caylar a connu, jusqu’au siècle dernier, un artisanat de qualité se développant autour du cheval et des moyens de transport : sellerie, bourrellerie, forges, construction de matériels agricoles. Des relais fournissant des chevaux de remplacement ou de renfort permettaient de se préparer à la dure descente, ou remontée vers le bassin de la Lergue. Depuis le XIII° au Caylar se sont tenus des marchés et des foires renommés. On y vendait : ovins, bovins, chevaux, produits de la terre et du matériel agricole. Une bascule publique existait encore récemment, elle servait au pesage des céréales.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*